Qui sommes-nous?

Cités et Droit de Cités

Cités

Cités est une revue trimestrielle qui se propose d’interroger d’un point de vue philosophique les grandes transformations des sociétés actuelles. L’ambition intellectuelle de cette revue vise à associer le retour au réel et l’ouverture au possible. Par le retour au réel, on s’efforce de décrire et d’analyser les faits sociaux, politiques ou économiques dans toute leur épaisseur. Le travail de réflexion est donc risqué dans des domaines en général peu fréquentés par les philosophes. Par l’ouverture au possible, on fait intervenir une dimension critique, en creusant, par l’analyse et l’évaluation, des brèches dans la rigidité du réel qui sont aussi des accès à des figures du possible.

La structure de la revue comporte un dossier sur un thème principal, accompagné de plusieurs rubriques régulières : entretien, débat, grand article (rubrique qui accueille généralement des textes inédits d’auteurs importants : Foucault, Lacan, Leo Strauss, Levinas, Habermas, Derrida, Ricœur, etc.), lexique politique, analyse du discours politique, profils de penseurs politiques contemporains, portraits de villes ou de pays étrangers, recensions. Au-delà des situations conjoncturelles, la revue s’intéresse aux concepts fondamentaux qui se trouvent remis en question ou profondément restructurés par les évolutions contemporaines : le pouvoir, l’État, l’autorité, l’empire, la nation, le droit, la connaissance, l’identité, le bonheur, l’art, le corps, la guerre. Elle est non moins attentive aux débats intellectuels présents, ainsi qu’à l’actualité culturelle et éditoriale. Ont été ainsi abordés les thèmes suivants : l’impact du développement technologique, la fin du travail, la crise de l’autorité, l’explosion du divertissement, le rôle des intellectuels, le destin de courants tels l’utilitarisme et le féminisme, la démocratie face aux religions, le corps et la sexualité, l’art contemporain, les conflits identitaires, les figures de l’Europe, le nouvel ordre international, les transformations de la guerre. À côté de ces thèmes, des numéros sont consacrés plus particulièrement à des auteurs qui ont modifié notre approche de la réalité (Foucault, Lacan, Sartre, Levinas, Derrida, Ricœur, prochainement Deleuze), ainsi qu’à des villes, des régions ou des pays (le Québec, paru en 2005, le Japon, paru en 2006, la ville de Sarajevo, paru en 2007).

Depuis sa naissance, en janvier 2000, Cités a tenté de répondre, par ses analyses du monde contemporain au croisement de l’actualité socio-politique et de la réflexion philosophique, à une attente réelle du public. Elle est désormais bien identifiée dans le paysage des revues.

Droit de Cités

Journal de la vie intellectuelle en France, l’ambition de Droit de Cités est :
- de reproblématiser la culture et l’art contemporain, en particulier les questions des valeurs, des critères, des œuvres ;
- d’ouvrir un espace éditorial original à ce qui est novateur tout en étant peu connu du public (par exemple, la danse contemporaine) ;
- d’analyser les processus actuels marquants dans les domaines de l’art, en relation directe avec les lieux, groupes, artistes et auteurs qui déplacent les lignes de l’art, de la littérature et de la pensée ;
- d’ouvrir des débats (comme celui sur le rapport entre théâtre public et théâtre privé). Ainsi Droit de Cités est une traversée réfléchissante sur les figures de la vie de l’esprit (art, littérature, philosophie, etc.) qui tâche de repérer les voies nouvelles. A l’asphyxie que provoquent les cloisonnements, les réflexes de défense, les chasses gardées, la protection de formes culturelles en voie de disparition, Droit de Cités oppose les respirations qui innovent, croisent les regards, s’ouvrent à l’extérieur, à l’inattendu, à l’étrangeté.

Le journal Droit de Cités a accompagné la revue Cités comme supplément, du numéro 28 de la revue à son numéro 32. Les thèmes de ces cinq premiers numéros de Droit de Cités ont été les suivants : Etre intempestif. Asphyxies et respirations ; Un désir de révolution ; Derrida : de la déconstruction dans l’art ; La mode, derrière l’apparence. Qu’apprend-on dans les écoles d’art ? ; La Shoah dans la vie intellectuelle en France.

Après ces cinq premiers numéros, Droit de Cités est devenu autonome.

Publicités