Cités 64 – Hélène Rainelli-Weiss, Problèmes et enjeux de la régulation financière

Comme le notent Kindleberger & Aliber, la question de la régulation financière est sujette à éclipses. Tandis que les périodes calmes voient les théoriciens s’éloigner du sujet pour se consacrer à des questions plus urgentes, la survenue de bulles, suivies de krachs, parfois porteurs de graves conséquences économiques et sociales, remet périodiquement ce thème au centre des débats académiques mais aussi politiques. Dans cet article, nous souhaitons insister sur quatre points principaux. Le premier est que la finance, contrairement à ce qu’une myopie moderne tend à nous faire croire, ne peut pas exister sans institutions. Elle a partie liée, profondément, avec le droit, la monnaie et finalement l’État. Le second est que les enjeux principaux de la régulation financière demeurent, par-delà les aléas historiques, relativement constants. Il s’agit toujours, pour une part d’assurer la stabilité du système financier (et dans les cas les plus graves, d’éviter son effondrement), et pour une autre, de protéger les acteurs du système, et notamment les moins informés d’entre eux, de la fraude, de la tromperie, de l’opportunisme des contreparties avec lesquelles ils sont amenés à réaliser des transactions. Dans notre troisième point, nous décrivons les mutations subies par les systèmes financiers des pays développés depuis les années 1980 et montrons qu’elles ne sont pas minces. Notre quatrième point souligne les difficultés particulières auxquelles se heurte le régulateur financier moderne, dans sa poursuite des objectifs de stabilité et de respect de normes protégeant les acteurs. En conclusion, nous terminons sur quelques propositions, susceptibles, selon nous, de contribuer à réduire ces difficultés.

Lire la suite dans Cités 64

Publicités