3/2000 Les penseurs politiques contemporains

Raymond Aron (1905-1983)

Nicolas Baverez

La vie et l’œuvre de Raymond Aron sont intimement mêlés à l’histoire violente du XXème siècle, qui fut, conformément à la prédiction de Nietzsche, le temps des « grandes guerres conduites au nom des idéologies ». Né en mars 1905, neuf ans avant la Grande Guerre qui fut, comme l’a montré François Furet, la matrice du siècle, et douze ans avant la révolution bolchevique, Raymond Aron mourut en 1983, au cœur de la crise des euromissiles, ultime avatar de la guerre froide avant la chute du mur de Berlin et l’effondrement de l’Union soviétique. Face aux guerres, aux révolutions et aux crises économiques autour desquels s’organisa le cours du XXème siècle, il perpétua et illustra, dans la lignée de Montesquieu, Constant, Tocqueville et Halévy, l’école française de sociologie politique, qu’il définissait en ces termes dans Les Etapes de la pensée sociologique : « C’est une école de sociologues peu dogmatiques, intéressés avant tout par la politique, qui, sans méconnaître l’infrastructure sociale, dégagent l’autonomie de l’ordre politique et pensent en libéraux ».

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s